29 avril 2018

Rendez-vous en terre inconnue

A peine de descendu du camion qui l’a transporté qu’un troupeau de moutons noirs part à la découverte des vertes prairies d’un ancien château. Le soleil brille en ce début de printemps. Les pâquerettes pointent leur nez. Nos moutons tout heureux se mettent à la tâche. Sauf un qui se carapate. Affolement chez les employés municipaux. Le canal n’est pas loin.   Attiré par le chant des perruches vertes, notre fugueur part à l’aventure, au nez et à la barbe des bergers d’un jour. Comment faire rentrer un mouton dans le... [Lire la suite]
Posté par mireilleheros à 09:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 avril 2018

Croqueuse d’hommes

Je frissonne de révolte et de dégoût pour cette société de merde où les sans grade, sans papiers sont oubliés, méprisés par les fonctionnaires en col blanc. Derrière leur bureau bien vitré pour éviter tout contact direct, ils ne savent que brandir leur bible : le règlement. Et le règlement ils l’appliquent à la lettre.   C’est à  se demander s’ils sont constitués normalement. Font-ils partie de ces robots dont le cœur et le cerveau sont rangés au placard ? Si vous haussez le ton de la voix, vous êtes... [Lire la suite]
Posté par mireilleheros à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 avril 2018

« Papiers s’il vous plait »

J’arrive à la sous-préfecture du 14ème arrondissement à 9h00. Je rejoins Monsieur K. qui, lui, est arrivé à 7h00. Nous entrons dans la file d’attente, à l’extérieur. Il y a déjà du monde, environ 60 personnes ; Monsieur K. m’informe que certains sont arrivés à 3h, voire 1h du matin pour avoir une bonne place dans la queue. Je comprends donc vite que ces allées, matérialisées par des barrières en fer, allaient être notre point de chute pour plusieurs heures. A mieux regarder, il y a deux allées : l’une pour les premières... [Lire la suite]
Posté par mireilleheros à 19:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 avril 2018

Chronique d’une journée de violence ordinaire

  Une belle journée de printemps s’annonce. C’est le printemps de la poésie. Les beaux textes entendus la veille résonnent dans votre mémoire. Soudain  un silence assourdissant vous étreint. Une tape sur l’épaule vous vous retournez pensant que c’est une connaissance qui veut vous dire bonjour. Et à ce moment un éclair bleu coiffé d’un bonnet à pompon vous arrache votre sac. Là dans votre résidence au pied du bâtiment. Vous courez, hurlez en tentant de le rattraper. La lutte est inégale 73 années contre 16 ça ne le fait... [Lire la suite]
Posté par mireilleheros à 11:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 mars 2018

Un petit coin à cultiver

Un livre entier consacré au grand absent de la littérature française qui l’eût cru ? Vous ne voyez pas de qui je veux parler. C’est celui que l’on cherche partout au restau, au bureau, à l’usine, à la maison sauf dans les champs, encore que. C’est le petit coin bien sûr. Le premier endroit que l’on demande discrètement à la maîtresse de maison après s’être tortillé sur sa chaise un bon moment. On a son honneur. On ne dévoile pas son intimité au premier ou à la première venue.   Une étude très sérieuse montre que nous y... [Lire la suite]
Posté par mireilleheros à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 septembre 2016

Journée du patrimoine

Je me sens l'âme d'une pièce de musée Perdue au milieu de la cité Menier La foule pressée Se hâte pour récupérer son panier Petits et grands sont fous des goûters Au chocolat Menier. Les gourmands arpentent Les trottoirs, les boulevards Ils veulent leur cadeau Comme les enfants. Il n'y a que le chocolat Pour abolir les frontières Faire fi des différences Une seule chose compte Croquer dans les barres chocolatées. Mireille Héros 17 septembre 2016    
Posté par mireilleheros à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 juillet 2016

Les chroniques du métro

Les cheminots voudraient garder leur train de vie mais la crise est arrivée sans crier gare alors ils ne partent pas à la Maison Blanche, ni en Argentine, ni à Alésia, ni à Rome mais à Paname. Aux Champs-Elysées, ils admirent Paris : Belleville ! s'écrient-ils. Certains Hoche la tête, d'autres sortent de la Glacière litrons et saucissons. Comme Léon Blum et Jaurès, ils croient à une gauche unie, combattive. Ils aperçoivent les Pyramides, dans le groupe pas d'Invalides, tous à l'Hôtel de Ville. En passant sur un marché,... [Lire la suite]
Posté par mireilleheros à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 février 2016

Un logorallye bio

Logorallye à partir de phrase et de mots choisis au hasard «L’être humain est incroyable : c’est la seule créature qui va couper l’arbre pour en faire du papier et écrire dessus ‘sauvez les arbres’», me disait ma voisine en suçotant onctueusement ses petits fours, tout en s’enfonçant dans mon actuel tapis de haute laine. Devant elle, sur ma table en marbre blanc, se trouvaient momentanément côte à côte : un texte de version latine de mon fils, la sculpture d’un paon plein de poussière, un peu de verdure et mon écumoire, à... [Lire la suite]
Posté par mireilleheros à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 janvier 2016

Il est passé où l'hiver

  Bonjour Monsieur l’enchanteur Il est passé où l’hiver ? Les vers se baladent Sous les sapins verts Et moi j’aime pas les traînées de vers. Ah ! Quelle affaire cet hiver Versatile, l’herbe joue les folles Elle folâtre, elle me nargue J’voudrais qu’il gèle à pierre fendre Que tu m’envoies du sale temps. Pour faire un feu de Satan Dans mon poêle Et brûler le sapin de Noël Qui perd tous ces poils.   Qu’est-ce que tu attends Monsieur l’enchanteur Pour faire tomber la neige N’ai-je pas déjà sorti... [Lire la suite]
Posté par mireilleheros à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 octobre 2015

Les petits plaisirs de la vie quotidienne

Douceur du soir C’est bien de se poser dans un fauteuil un dimanche dans le soleil couchant. Je prends l’intégrale des haïkus de Basho et j’en choisis un au hasard :   « Pays natal En cette fin d’année je pleure Mon cordon ombilical »   Aussitôt mon imagination vagabonde vers ces contrées lointaines. Et me voilà partie à méditer sur la folie des hommes qui jette des êtres humains sur les routes de l’exil laissant derrière eux leur famille, leur maison et pour certains d’entre eux le jardin de leurs... [Lire la suite]
Posté par mireilleheros à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]