DSC_0881

Ce fut, au départ, un rendez-vous de chasse. Un cénacle de bambochards fortunés, se torchant de bon coeur après avoirs massacré cerfs, biches, chevreuils, sangliers. De pauvres bêtes apeurées dans la forêt voisine. L'argent de la manufacture assura la bonne fortune de la Ferme. Cependant les décès et les partages eurent la peau de cet âge d'or.

 

Aujourd'hui rien ne distingue la bâtisse des maisons abandonnées dans la campagne nivernaise : fenêtres aux rideaux déchirés, murs lépreux, cour envahie d'herbes folles, tas de bois noirci par les intempéries, des bidons en fer blanc,... Seul un héron blanc attire le regard dans la froidure de l'hiver.

 

La Ferme n'est pas morte pour autant. La porte principale, toute brinquebalante, s'ouvre sur un étrange passage : le couloir des vents qui époussette le visiteur jusqu'au dernier grain de poussière. Puis débouche sur le sas d'entrée d'une salle blanche qui a tout d'un bloc opératoire ou d'un laboratoire de la NASA. Pascal, la cinquantaine grisonnante, et Lyn, une trentenaire aux cheveux de geai, en blouse, charlotte et sur-chaussures immaculés, s'affairent autour d'une vingtaine de chaînes d'assemblage. Dans des paniers : des cartes mère, des écrans, des coques, des vis. Ils scrutent les informations qui défilent sur panneaux d'affichage lumineux : ligne 3 - 3500, ligne 7 : 2000...

 

La mine soucieuse, la demande :

 

- As-tu vu Micha

- Non. C'est très étrange cette absence. Il est si ponctuel

 

Soudain, un homme tout de cuir noir vêtu apparaît dans l'embrasure du SAS et pénètre dans l'atelier sans prendre le temps de revêtir la tenue protocolaire.

 

- Salut Volodia. Micha est-il avec toi, interrogent, anxieux Pascal et Lyn. Nous avons besoin de lui pour les livraisons.

- Ca fait deux jours que je ne le vois pas

- Et tu ne t'es pas inquiété . Que faisais-tu à Paris, s'écrie Pascal dont la colère monte. Comment allons-nous livrer la marchandise

- Dis-nous plutôt que tu étais trop occupé par tes meufs sur le trottoir pour t'inquiéter de l'absence de Micha, renchérit Lyn. Nous on bosse comme des malades et Monsieur fait le beau.

 

Elle prend un revolver et le plaque dans le dos de Volodia :

 

- Tu nous dit où tu l'as planqué où je t'envoie bouffer les pissenlits par la racine

 

Volodia n'en mène pas large :

 

- Je suis bien allé à la prison de la Santé à l'heure de visite indiquée. Lorsque nous avons franchi la porte, Micha s'est évaporé dans la nature et il n'est pas revenu.

 

- Tu sais que c'est notre meilleur agent, reprend Pascal. Alors tu vas renfiler tes bottes, enfourcher ta moto et le chercher. La marchandise ne peut pas attendre.

 

Volodia s'apprête à reprendre la route de Paris quand il se heurte à un escadron de gendarmes. Pendant ce temps Pascal et Lyn, installés devant la télé pour le journal de 20 heures n'en croient ni leurs yeux ni leurs oreilles :

 

Les forces de police ont intercepté ce matin un chat bardé de smartphones alors qu'il escaladait les murs de la prison de la Santé. La puce électronique a parlé : le chat répond au nom de Micha. Une opération de police est en cour dans la Nièvre pour arrêter ses propriétaires.

 

Mireille HEROS

UIA

7 janvier 2019