thY3ELJTAK

Pour qui te prends-tu Corneille

Mes charmes aux jouvenceaux

Sous la charmille et la treille

Se moquent des vieux corps beaux.

 

Le parchemin de ta peau

La blancheur de tes cheveux

Le craquement de tes os

Te voilà tout souffreteux

 

Toute, alerte, qu'elle fut

Ta plume sur le papier

Mon âme, ne séduit plus.

Je préfère mon banquier

 

Beauté et célébrité

Bien souvent sont éphémères

Écris-tu avec cruauté

Elles s'enfuient dans les chimères.

 

Ta flamme, tu as perdue

Au salon des Antiquaires

Tes rimes de vieux cocu

Gisent dans un cinéraire.

 

Mireille HEROS

Récipro'savoirs

6 décembre 2018