parasols-vent-plage

Toute joyeuse, chez les Loser, c'est plutôt rare, la famille part en vacances au bord de la mer dans une maison prêtée par les Katouraté. Déconvenue à l'arrivée : la vieille longère prend l'eau. Meublée de bric et de broc, elle est glaciale et humide. Le jardin est à l'image de la maison : un fouillis inextricable mais, ô surprise, il donne sur la plage ... balayée par le vent. A marée haute, elle disparaît complètement. A marée basse c'est un champ de découvertes pour les enfants.

 

A l'occasion des 50 ans de mariage de leurs amis, les Contretou, Madame Loser décide d'organiser un pique nique surprise sur la plage. Elle distribue les rôles. Les tables, les chaises, le parasol, les nappes, les serviettes, la vaisselle, pour le père. La préparation du buffet pour elle et sa fille. Ils choisissent un endroit abrité du vent.

 

Arrivent les Contretout avec leur fille Marie et son époux, leur fils Jean et sa femme Odile.

- Mon Dieu, as-tu vu Odile avec sa robe ultra courte, dit Marie

- Elle peut se le permettre, elle a de jolies jambes, elle! répond le mari

Odile pince les lèvres et s'avance vers son frère un grand sourire aux lèvres "ça va, vous avez bien roulé?" pendant que le mari embrasse sa belle-soeur.

 

Echange de banalités sur le mariage verre de champagne à la main. Le Tanguy de la famille en profite pour baffer. Le beau-frère lorgne sur la belle-soeur. Odile plus acariâtre que jamais lance à sa mère "la belle hypocrisie de la famille qui ne pense qu'à une chose se remplir la panse et le gosier!

 

Soudain le vent se lève et emporte avec lui tables et parasols. Chacun tente de les maintenir du mieux qu'il peut quand le père s'écrie"retenez les tables, elles foutent le camp vers la mer". Tanguy qui se remue enfin, plonge pour stopper une dans sa course et se prend les pieds dans les chaînes d'amarrage d'un bateau.

 

Qui a eu cette idée saugrenue d'organiser un pique-nique, s'écrie Madame Contretout. Marie pique une crise de nerf tandis que Tanguy saute sur un pied en criant "marre de vos conneries de pique-nique sur la plage". La réplique du père ne se fait pas attendre : "bande de bras cassés vous n'êtes même pas capables de rendre service". D'un geste rageur, il remonte vers la maison. La mère renifle, les bras ballants "je rêvais d'une belle journée en famille...""T'inquiète pas maman on a qu'à pique-niquer dans la maison c'est très tendance et ça fera vacances"

 

Ils finissent tous par rentrer dégoulinant d'eau et grelottant de froid. Le pique nique se transforme en bouillon bien chaud autour de la cheminée. Et tous finissent par éclater de rire contents d'être au sec.

La Table d'Ecriture

Octobre 2018