th9PLK5MKX

 


thVFHTAHL9

Atmosphère joyeuse et chantante dans la cuisine des Ratatouille. Le sifflement de la bouilloire accompagne le chant des oiseaux. Les casseroles débordent bien un peu de temps en temps mais la cuisine fleure bon le pain d'épices et le chocolat.

Grand père Léon, un ronchon, tourne en rond. Il a oublié la raison de sa présence. Son petit-fils Léonard, plutôt rigolard, l'interpelle :

- Tu sors de la mairie. Tu as dit oui à Mamie, c'est pour la vie. Reprends tes esprits et lâche la bouteille.

La grand-mère Hortense, elle, à table s'en met plein la panse. Son tout nouveau mari l'a oublié. Pas grave, elle sera quand même couchée sur l'héritage :

- Allez Léon, on partage ton litron!

Léon n'a pas le temps de partager son pinard qu'il se prend les panards dans le tapis. Il s'étale. Paix à son âme. Aussitôt Hortense se drape avec ostentation dans les voiles du chagrin. Néanmoins, la perspective de l'héritage l'incite à dominer ce choc émotionnel. Chacun est là à l'entourer, à la consoler. Enterrement en grande pompe. Quand on aime on ne compte pas. Buffet gigantesque pour les invités. On évoque avec émotion et bientôt avec force de plaisanteries, le cher disparu.

Quelques mois passent. Hortense fleurit régulièrement la tombe de son époux. Arrive le jour de l'ouverture du testament. "Je touche au but", se dit-elle sous ses airs de veuve éplorée. Le notaire lit les dernières volontés de Léon. Hortense n'en croit pas ses oreilles. "Je lègue tout ma fortune à la SPA pour les chiens abandonnés. Eux au moins sont fidèles et désintéressés".

Une fois la succession réglée, la famille Ratatouille, s'en va vider la maison du défunt. Elle découvre un véritable bric à brac : bûches, planches, baguettes, polystyrène, clous, débris de portes gisent dans la grange. Dans un coin de la cuisine vaisselle, verres, vieilles casseroles attendent le prochain vide-grenier ou un départ pour la ressourcerie voire la déchetterie.

Quelque peu décalée, la famille Ratatouille ne sait que faire. Papa Ratafia, déjà porté sur la bouteille, teste de nouveaux cocktails plus explosifs les uns que les autres. Ce qui n'améliore pas l'état psychique de son fils Rataplan. Il aboie encore plus fort que d'habitude accompagné de Ratatine l'autre grand-père. Ce dernier s'amuse comme un fou calé au fond de son fauteuil.

La journée s'achève dans l'euphorie générale. Papa Ratafia file vers sa voiture mais il est tellement alcoolisé qu'il ne peut démarrer. Léon qui n'est pas plus frais, tente de le dépanner mais tombe à ses pieds. Survient Nicole, la petite fille un peu fofolle mais pas poivrote. Elle prend le volant et charge les grands-pères à l'arrière.

Au rond-point, les gendarmes alertés par un bruit étrange arrête la voiture ne peuvent que constater l'ampleur des dégâts. Ils envoient les deux pochetrons poursuivre leur concours de ronflements en en cellule dégrisement.

La famille Ratatouille à la mer

Jeanne et Marie décident d'ouvrir les portes du chalet sur le devant et de planter le paravent côté Blériot pour s'abriter du soleil et bronzer sur le sable. Il est tôt, il n'y a pas trop de monde et les voisins sont en vacances.

 

 

 

Jeanne est aux anges. Enfin, sur la plage, elle va pouvoir ramasser bois flotté, coquillages et tous les o jets bizarres rejetés par la mer. Dieu sait si les gens prennent cette dernière pour une poubelle! Néanmoins, l'usure du temps fait parfois des merveilles.

 

 

 

- Allez, Urbain, viens m'aider. Regarde à 200 mètres il y a un gros bastaing bien abîmé qui pourra m'être très utile pour ma prochaine sculpture.

 

- Ah non. C'est lourd, sale et je risque de blesser mes doigts et de ne plus pouvoir gratter ma guitare;

 

- Allez, un peu de courage pour une fois. Ce n'est pas le bout du monde.

 

 

 

La famille Ratatouille poursuit sa chasse aux trésors. Maman Ratetout, experte en mélanges improbables, ramasse algues et coquillages pendant que papa Ratafia écume les bistrots du coin pour dénicher le meilleur vin blanc pour accompagner le repas.

 

 

 

La Table d'écriture

Octobre 2018